Extraits du roman

– J’étais en 4ᵉ, justement ta classe, Léo, j’avais treize ans comme toi. La prof de géographie était une jeune femme brune très mince, au nez un peu pointu mais aux grands yeux noirs, pleins de bonté. Avec elle, j’apprenais mes leçons, rien que pour voir dans son regard cet encouragement attentionné quand je les récitais. L’URSS était au programme.

– C’est quoi, Lursse, Mamie ?

– L’Union des Républiques Socialistes Soviétiques, Lucie. Donc, on parlait des peuples slaves. Dans ma poitrine, mon sang était en crue. Je devais être rouge comme une cerise, avec une énorme envie de dire : « Je suis de ce peuple ! », et aussi une énorme peur, peut-être même une sorte de honte, à l’idée d’entendre ma voix proférer un tel secret…  Continuer à lire

Le petit pistolet de Maroussia (extrait lu par l’auteure)

Publicités