Cinq Zinnias pour mon inconnu vient de sortir

J’ai enfin reçu les 16 colis contenant mon roman…  J´y travaillais depuis novembre  2013. Maïdan avait réveillé en moi le souvenir de mes grands-parents ukrainiens, exilés en France depuis 1924. J’ai découvert une nouvelle Ukraine.

Cliquez pour lire un extrait

  • Titre : Cinq zinnias pour mon inconnu
  • Auteure : Marie-France CLERC
  • ISBN : 978-2-9556140-0-6
  • EAN : 9782955614006
  • Edité chez l’auteure
  • Prix: 18 €
La couverture du roman Cinq zinnias pour mon inconnu
La couverture du roman Cinq zinnias pour mon inconnu
Publicités

2 réflexions au sujet de « Cinq Zinnias pour mon inconnu vient de sortir »

  1. Je viens de découvrir l’une des meilleures auteurs que j’aie rencontrées à travers leurs ouvrages. Son style tantôt brillant et académique, tantôt plus léger et poétique, sa sensibilité féminine à fleur d’âme et de peau, sa culture en font l’égale des Paule Constant, Agnès Desarthe, Carole Martinez…
    Avec des mots toujours bien choisis, elle nous invite à pénétrer dans son univers affectif et parfois onirique, comme elle se plait elle-même à glisser dans l’eau de sa piscine, tout en douceur et retenue mais avec la ferme intention d’atteindre le but qu’elle s’est fixé en nageant ou en écrivant…
    Dans son oeuvre de transmission à sa descendance, elle met peu à peu au grand jour, comme le fait un chercheur d’un trésor enfoui dans la gangue de l’oubli, ses racines profondes, en partie arrachées par l’exil de la terre fertile et noire de l’Ukraine.
    Un grand roman servi par une belle langue française et sans doute par une belle âme aussi !

    Aimé par 1 personne

    1. Cher Monsieur,
      Je découvre les lignes que vous venez de consacrer à mon roman  » Cinq zinnias pour mon inconnu », et vous en remercie vivement. Exil, amour, beauté, transmission d’une mémoire retrouvée, vous avez clairement perçu les enjeux intimes, la chair vive de ce récit, et l’écrivain que vous êtes n’a pas manqué de souligner le travail de la langue et du style. La moindre des choses pour une petite-fille d’immigrés ukrainiens n’était-elle pas de servir la langue du pays qui sut accueillir sa mère et ses grands-parents?
      Avec toute ma sympathie.
      MfClerc

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s