« Silences en forêt », un livre au bois dormant…

Il n’est pas courant de recevoir un mail d’un éditeur vous demandant si vous n’avez pas un manuscrit à lui proposer… C’est pourtant ce qui m’est arrivé, un beau soir d’avril 2018. « Silences en forêt » dormait dans mon tiroir. Envoyé, il a plu: « Histoire intéressante. Livre bien écrit » a dit Nicole Bellier. « Silences en forêt » (200 pages dont 10 pages de photos anciennes) sortira en juillet 2018.

La découverte d’un secret de famille…

« Isabelle mène l’enquête dans un bourg perdu des Landes de Gascogne: elle vient d’apprendre de la bouche même de son père mourant qu’il est un enfant naturel.

A Saint-Lou-des-Landes, les rares témoins qui acceptent de la recevoir lui révèlent un monde archaïque où régna un notable tout puissant au charisme ambigu, le Docteur D., son grand-père.

Peu à peu, Isabelle identifie et apprivoise une douleur intime de toujours. Mais surtout, elle fait véritablement connaissance avec son père, cet orphelin de 1914, sauvé par l’amour inconditionnel d’une extraordinaire grand-mère, et dont la force de vie anime désormais sa recherche.

En Grande-Lande  où tout le monde vit de l’exploitation des pins, les clivages sociaux, les préjugés de classe d’autrefois n’ont pas disparu.  Des années durant, Isabelle tentera d’entrer en contact avec les petites-nièces du Docteur, une famille qui la rejette.

Jusqu’au jour où elle décide de  frapper à leur porte… »


Comment se procurer l’ouvrage

Le livre peut être acheté via PayPal ou commandé chez l’auteure (20€ + le port 4,80€), en remplissant le formulaire suivant :

2 réflexions au sujet de « « Silences en forêt », un livre au bois dormant… »

  1. Bonjour Marie-France,
    Quel beau livre, si bien écrit que j’ai lu rapidement et beaucoup apprécié ! Je pense que c’est une histoire vraie Quel travail pour toutes vos recherches avec beaucoup de patience et de courage pour retrouver votre grand-père ! Ce livre m’a rappelé mon père, Ukrainien, d’origine paysanne, né en 1906 en Pologne (Cracovie) de père inconnu, venu en France en 1929 et décédé en 1967.
    Je ne sais pas grand chose de sa vie en Pologne ni de son arrivée en France car il n’aimait pas trop en parler !
    Cordialement..

    J'aime

  2. Des impressions d’abord : quelle volonté ! Quelle obstination !
    Marie-France et sa sœur ne lâchent rien. J’ai beau, comme ancienne thérapeute familiale, savoir l’importance des liens générationnels et les dégâts de l’omerta sur la descendance, je n’ai pas pu m’empêcher de penser : « Mais quand vont-elles lâcher l’affaire ? »
    Soulagement, page 138, avec le passage sur le coucou et la conclusion d’Anna : « Le parent par procuration donnera au bébé une nourriture saine. »
    Oui. Et je confirme que c’est vrai aussi pour les humains. La bienveillance parentale n’est pas garantie par la génétique.

    Les 2 dernières parties, les histoires des hommes – les deux pères – sont touchantes. Je me suis posé une question : sur quelles informations as-tu appuyé les éléments de l’histoire de Victor ? Mais au fond, quelle importance ? Celle que tu racontes est belle et plausible. Tu rends de l’humanité à Victor.

    J’ai aussi beaucoup aimé le « fond de sauce » anthropologique : la société landaise, avec l’importance donnée à la propriété et ses conséquences hypocrites et inhumaines. Bien sûr, les Landes ont leur manière spécifique de donner forme à la tyrannie de la propriété terrienne.
    Cela dit, je reste persuadée que, depuis Caïn et Abel, la violence des humains est presque toujours reliée à la possession de la terre, même si parfois on dissimule les choses sous des aspects religieux, quelquefois en « divinisant » un espace.
    J’ai envie d’écrire quelque chose sur ce thème ; je citerai ton ouvrage.

    Et je n’oublie pas la belle écriture, tout au long du texte. Merci Marie-France de ce beau partage.

    J'aime

Répondre à Thérèse HIEBEL Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.